Histoire de Louis Blaringhem

Accueil / Non classé/ Histoire de Louis Blaringhem

La famille de Blaringhem est modeste : son père Louis est instituteur, tout comme son grand-père ; sa mère, Marie Devaux, est issue d’une famille d’agriculteurs de Douvrin. Il est le cadet et l’aîné des garçons au sein d’une fratrie de six enfants ; deux de ses frères deviendront des ingénieurs, un autre vétérinaire.

Il étudie à Béthune puis au lycée Faidherbe1 de Lille avant de se présenter aux concours de l’École polytechnique et de l’École normale supérieure (1898). Il est reçu aux deux et opte pour le second établissement (1899-1903). Il obtient sa licence (1902), son agrégation (1903) et son doctorat en sciences naturelles (1907). Il est préparateur en géologie à l’École normale supérieure après son agrégation (1903), puis de botanique (1904-1907).

En 1909, Blaringhem devient chef de service à l’Institut Pasteur. Il enseigne à la faculté des sciences de Paris et au Conservatoire national des arts et métiers. Durant la Première Guerre mondiale, il est versé dans l’infanterie en 1914 et passe plus d’un an au front. En 1915, il est affecté dans les services de fabrication d’avions. Il reçoit diverses décorations dont la croix de guerre. Après guerre, il reprend ses fonctions à l’Institut Pasteur et à la faculté des sciences.

En 1918, à la suite de la mort de son ami botaniste Gaston Allard, il prend sa succession à la tête de l’arboretum d’Angers, poste qu’il conservera jusqu’à sa mort.

En 1919, il passe six mois à l’université Harvard. Il fait différentes missions en Europe (Suède, Pays-Bas) comme aux États-Unis d’Amérique ou au Japon.

Blaringhem, spécialiste de génétique végétale, considère dans un premier temps les théories de l’hérédité de Gregor Mendel avec beaucoup de réticence pour finalement les intégrer pleinement dans son enseignement comme dans ses travaux de recherche. Il est le premier Français à développer les applications de la génétique aux sciences agronomiques, contribuant en particulier à l’amélioration culturale de divers types de céréales.

En 1928, il est élu membre de l’Académie des sciences. Blaringhem est l’auteur de plus de trois cents titres. Il dirige aussi la publication des Exposés de biologie végétale dans la collection Actualités scientifiques et industrielles.

Dans la même année il est nommé directeur de la Maison Franco-Japonaise, à Tokyo (Japon)et en 1928 et 1929 il rencontre à plusieurs reprises l’empereur Hiro Hito qui a lu tous ses ouvrages. En 1929 il visite les pays du Sud-Est Asiatique. De 1930 à 1949 Blaringhem devient professeur titulaire à la Sorbonne, dans une chaire à titre personnel. En 1946 il participe comme président d’honneur, aux côtés de Li Yu Ying, recteur de l’université de Pékin, et du ministre de la France d’Outre-mer, Marius Moutet, au Grand congrès du soja, à Paris.

Il est président de la Société botanique de France en 1930.

En 1947, il est élu président de l’Académie des sciences et cette année il renonce à la chaire de botanique pour se consacrer à l’École normale supérieure.

Mis à la retraite en 1949, il garde un petit laboratoire à la Sorbonne et les fonctions de chef de service à l’Institut Pasteur au titre de l’Arboretum Gaston Allard (Angers). Le Professeur Louis Blaringhem décède le 1er janvier 1958 à Paris.